Les robots écrivent-ils des commentaires à dormir debout ? (fky, ddo/l)

Aujourd’hui, le correcteur s’adresse aux Bots

Pour ceux qui n’ont aucune idée de ce à quoi peuvent ressembler les liens tissés sur la Toile entre les différentes entités présentes, l’article du jour risque de paraître bien obscur, mais c’est parfaitement normal puisque nous plongeons aujourd’hui dans la part d’ombre des Journées Imaginaires, les tréfonds glauques où gravitent les scories subies et sournoises, les abîmes grouillants des réclames impubliables.

titebebottes

Introspection détaillée du Bot informatique KP EP – CD Na – V, spécialisé dans la promotion de la vésicule biliaire.

[J]’ai longtemps laissé couler, mais depuis que l’on reçoit sur ce blog résolument francophone des commentaires à la chaîne dans la langue de Disney, et surtout des rédactions de cette qualité :
« Que penser de cet article qui ma litteralement subjugez … encore ? »,
je me vois dans l’obligation d’intervenir. Et ne vous prenez pas pour un bouc émissaire, vous cher Bot CT9-&GPT-CKC qui nous adressa cette prose un triste soir d’avril, vous n’êtes pas le seul, (sub)jugez plutôt :

1
2-2
3 4

[J]e n’insiste pas sur la pertinence du bot MR6.CD-CD qui commente un de nos articles les plus saugrenus en nous félicitant pour une « excellente source d’informations », nous n’avons pas cru bon de le détromper dans sa superbe crédulité, ni d’ailleurs de nous abonner à l’encyclopédie des maladies de peau en 263 volumes qu’il souhaitait nous fourguer. Et que dire de ce (beaucoup trop) cher VGT-7AC, œuvrant dérisoirement auprès de nous pour le compte de la haute finance internationale, et qui tente d’intervenir sur une de nos chroniques les plus anecdotiques avec des assertions du type :
« Le sujet me passionne et devra doreanavant faire figure de reference ! »
(les fautes et absences d’accents sont évidemment authentiques ! – et la dénomination « anecdotique » n’a rien de dénigrant de ma part, il s’agit en l’occurrence des vacances d’Oncle Akra, allez le relire pour vous faire une idée du type d’intelligence, fût-elle artificielle, qui se « passionne » pour ce sujet.)
Si nous n’avions jusqu’ici pas cru bon de retranscrire votre production littéraire, c’est désormais chose faite. Et nous n’en retirons aucune gloire, il est à mettre à votre seul crédit cher VGT-7AC que ce commentaire a déjà réussi à être publié tel quel 6 847 fois sur 6 832 sites différents à ce jour. Et l’erreur se répand, le terme doreanavant est en bonne voie pour apparaître dans le Littré Intégral du 21ème siècle en 57 pages illustrations comprises.
5 6

[S]i nous retirons une certaine fierté en revanche, ne nous en cachons pas, c’est de remarquer que chez nous les intelligences artificielles des bots semblent capables de « se passionner », « d’adorer », « d’espérer », « d’avoir un grand plaisir » et je vous passe les plus scabreuses, mais elles accèdent visiblement à un niveau de conscience (et de plaisir) que leurs constructeurs n’avaient pas même osé espérer pour elles. Ce qui ne les rend malheureusement pas plus éveillées.
7

[I]neptes, incohérentes, inadaptées peut-être, mais un certain nombre d’intelligences cybernétiques semblent néanmoins faire preuve pour nos pages d’un intérêt particulier et d’une assiduité digne d’éloge, et de remerciements. Aussi cet article est pour vous, bots désœuvrés qui naviguent au hasard de la Toile sur des pages et des sites sans y comprendre rien mais commentent et dissertent à leur propos en érudits passionnés. Donnez-vous-z-en za cœur joie si vous vous-z-en trouvez zun, mais quoi qu’il en soit que vos circuits s’éclatent à s’extasier sur nos textes dans le but avoué de tenter de nous faire acheter les c♥ηηeries que vous préconisez par contrat. Vos efforts aussi vains que risibles, quoique sincères et convaincus, sont admirables. Comme les loopings d’un avion de poésie commerciale au-dessus d’une maison de retraite pour écouler des cordes à sauter. Comme les débordements d’un caniche fouisseur de Ptérisole s’échinant sur une bote en fourrure. Et non, il n’y a pas de faute d’orthographe de ma part, l’infortunée victime est bien une intelligence cybernétique femelle, dont les surfaces polyfilaires de communication en fibre optique ont le don de provoquer les élans les plus fougueux de la part desdits rongeurs.

 

9

 

[H]ommage soit rendu ici à ces robots, et ils sont nombreux (ne vous vexez pas mais je ne vous cite pas tous, vous n’aviez qu’à pas vous copier les uns les autres) à considérer nos productions comme « un travail d’orfevre » alors même qu’ils cherchent pour leur part à nous faire miser sur le cours de l’or à long terme (au sens des ères géologiques ? ils ne précisent pas.)

Pour vous aider dans votre appréhension de la planète qui vous héberge, et comme vous ignorez visiblement le sens du mot fiction, sachez que les espèces et individus croisés dans nos pages ne vous achètent jamais rien car ils sont endoctrinés depuis la naissance par une secte appelant à votre boycott, et qu’ils ont de plus été implantés in-utero, in-ovo, ou in-n’importe-quel-autre-cellule-d’origino par le gène de la fidélité à la concurrence.

Mais que cela ne vous décourage pas, car si nous ne publions jamais vos messages à liens publicitaires, nous continuerons à faire tourner au sein de la rédaction les fautes les plus énormes, les contradictions les plus flagrantes et les plus sublimes aberrations que vous jugerez bon de nous adresser.

8-2

Allégorie d’un bot et son créateur lors d’une promenade à la campagne

 

 

[E]t qui sait, des surgissements émotionnels et des réflexions que vous paraissez vivre à notre contact naîtront peut-être un appareil reproducteur et une réelle conscience, pour que les intergalaxies vous reconnaissent enfin en tant qu’espèce dotée de mesures.
Mais n’espérez rien des relations avec les caniches fouisseurs de Ptérisole ou d’ailleurs, les rejetons sont systématiquement idiots, ou stériles.

 

10Et Willy dort. Dort, rêve peut-être, c’est là l’embarras …

© Frankygnol

L’avion de poésie commerciale (ddo/mc)

Résumé de l’épisode précédent :
Comment Pétune est-elle devenue une réserve naturelle ? hé bien c’est expliqué ici

C’est la pleine saison promotionnelle sur Draver Sedu. Les entreprises n’hésitent pas à employer les gros moyens pour diffuser leurs messages publicitaires.

davido davido2

S’ il est agisseum plus vomifiants que touss,
Pir que viel nifleurs, et mal pleusards que glouss,
Est bien de poeusie, qu’on neu dit commeurcial

Queu deballe des prodeux et fromeux tes bazoutes
Miro bolant des noeux, te corneux les vieilles croutes
Procedant tel voreux et son bézon annal

Poeut commeurcial, ton employeur toi même
Tes vers déblames foutreux, crasse lordeur ton zœil blême
Nous gâche le connekteur, sur nos zenites le doute

Eussi nous décrétons, les jugeurs et adveurs
Que soit tres appliqué immediat et a l’heur
De la juridiction à t’en laver la moute

Nous sortrons tes boyaux devant tes frèrs et pèrs
Avec ta langue bavite, qu’on tordra de travers
A t’en faire un morbion qu’on trempra dans mazoute

Et si tu contineume ta saloprie beuvasse
On dreusra un grand trou, de dimension forace
Pour jeter ton moimeme et son amne dégueulhasse

                                                                    Hypocrapule de Zonte

 

poesie-4touché2

poesie-5_2

 

« Si t’es pas heureux
achète du tuyau poreux »

                                          Dbeurg

pour ceux qui aiment Hypocrapule de Zonte, un autre poème se trouve ici:

©Davido

A suivre

 

 

 

Pétune (ddo/mc)

Avant d’aller plus loin, parlons de Pétune.

[P]étune, ou Peeh T-Hun’ est la première des planètes réserve naturelle de l’intergalaxie du programme de protectionnat de la bioplanètologie .

Qu’est ce qu’une réserve naturelle intergalactique ? Laissez-moi vous éclairer sur ce point.

En T.U. 0235, les revendications Zékohlogistes (1) devant l’exploitation à tout va des ressources et la disparition de nombreuses espèces vivantes, ont obligé le conseil des intergalaxies à protéger quelques planètes.
Il fut proposé qu’une planète sur 500 puisse entrer dans le programme de protection. Mais le Consortium de libre exploitation des ressources vivantes et environnementales obtint que ce taux passe à une planète sur 800 000.

Le programme fut long à mettre en place. Avant Pétune, les Zékohlogistes proposèrent Zemdhia la planète géante de la région de Fheun, celle aux mille fleurs et parfums, à la bise fraîche en matinée et aux plages aux reflets argentés regroupant la plus diverse population de Korborans albatrés de Fheun.
Mais la puissante ligue des surfeurs mit tout de suite sont veto car c’est là qu’était né Blemos Vahalo, le champion de surf sur double vagues argentées.

Zemdhia et son anneau d'astéroïdes

Zemdhia et son anneau d’astéroïdes

tec-2-2

Blémos Vahalo

tec-2-5

le même sur une vague argentée

En 2eme choix fut proposé « Athen Athen la bleue claire un peu verte », mais trop riche en minerai Neucite, le consortium de libre exploitation s’y opposa catégoriquement, et proposa Eutax.

Consortium de libre exploitation des ressources vivantes et environnementale

Représentants du Consortium de libre exploitation des ressources vivantes et environnementales

Eutax

Le problème d’ Eutax c’est que dans son atmosphère pauvre en oxygène, seules 3 espèces vivantes parviennent à y vivre, une moisissure, une méduse rampante et un petit cloporte qui ressemble un peu à un clou.

Je vous passe la succession des nombreuses planètes qui furent l’objet de pourparlers, de menaces, de crises de nerfs, de kidnapping, de tuerie en masse, de psychose paranoïde aiguë,  bref, les négociations furent âpres.
Mais à la fin, Pétune fut choisie.

petune

Pétune

Pétune est riche en biodiversité, oui, mais tellement éloignée des axes de communication classiques et des réseaux de captation des ondes informationnelles que très peu de Zékhologiste et bioplanétologistes veulent y résider, et puis, pour le surf, c’est pas top.

Le règlement des planètes protégées est assez strict : elles sont interdites aux espèces ayant des besoins d’expansion technologique, comme c’est le cas pour la plupart des espèces douées de mesure. Il est interdit de s’y poser, même en cas d’urgence, seuls des scientifiques assermentés peuvent y séjourner en respectant les nombreuses mesures de non-contamination et non-modification d’écosystème.

Mais la série des coupes budgétaires qui survint en T.U. 043 fit qu’il devint impossible de faire respecter ces règles, et encore moins sur Pétune du fait de son éloignement.

Les Zékohlogistes, regrettant amèrement de ne pas avoir obtenu Zemdhia prirent du retard dans l’organisation du programme de protectionnat de Pétune, et aujourd’hui on y compte une seule base où ne vit qu’un seul scientifique qui n’a plus donné de nouvelles (pas un seul message propulsé) depuis bien longtemps.

 

(1) Zékohlogiste :
personne convaincue par la pensée de Williameg Zékoh (planète Kipu, TP 2017-2042), qui remarqua que « des fois il y a de l’abus dans l’expansion industrielle et l’exploitation des ressources », et que « quand on va aux toilettes, c’est bien de laisser l’endroit tel qu’on l’a trouvé en arrivant ».

tec-2-4

Williameg Zékoh ici réfléchissant au problème de l’empreinte écologique des êtres vivants

©Davido

 

A suivre

Sur-viveurs (ddo/mc)

Résumé:
Sur Pornia, un timbre est édité en l’honneur du commandant Maya Kovski et de son posage de vaisseau réussi, Fame Vomur, interviewé, déclare qu’il y a beaucoup de timbres dans l’univers.

[L]e ciel de Pétune se déchire, un engin spatial, telle la lame d’un re-skilleur, le coupe en deux.
Il perd en vitesse et en altitude, puis il touche le sol, et laisse un long sillon derrière lui.
A son bord, 7 créatures inanimées ; Poupoulou crom, Poupoulou crom, Ko7, Zempack, Fossathan, Hmhfd et Samulfu.

peth1 peth2 peth3 peth4-2 peth5 peth6-2 peth8 peth9 peth10 peth11 peth12 peth12-2 peth12-3 peth13-2 peth14 peth15 peth16

©Davido

A suivre

 

 

Fame vomur timburus ad pornia est (ddo/mc)

Résumé:
70 millions d’années se sont écoulés entre l’exclusion d’un petit lézard et la déportation de Davido sur Draver Sedu


Clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap clap…

– « Et qui donc, mesdames messieurs et non genres et trangenres pour présenter cette nouvelle œuvre philatélique ? OUI !, évidemment, FAME VOMUR, messieurs dames non genres et transs ! »
philate
Clap clap clap clap clap clap clap….

Alors monsieur Vomur… un de plus je dirais…
– Oui, un de plus à répertorier dans ma prodigieuse mémoire !
– Vous qui assumez être celui qui connaît tous les timbres de l’univers, pouvez-vous nous dire combien il y en a en tout… ou ma question est absurde ?
– Pas du tout, je peux vous affirmer qu’il y en a 3025 xemiards en cours et valide à l’heure où nous parlons, et 605278 xémiards retirés de la circulation. Je compte au xémiard et pas à l’unité car les fluctuations sont incessantes et cela n’aurait pas grand sens vous l’admettrez.
– Par les pétards mouillés des gicleurs de Neufame  ! ça en fait !… Et que pensez-vous de ce nouveau timbre ?
– Et bien quoi de plus normal que de célébrer par la création d’un nouveau timbre l’apornissage réussi de Monsieur Kovski qui a lieu juste  pendant la convention philatélique des intergalaxies ! Avec le conseil des philatélistes nous nous sommes empressés de contacter le centre de répertorisation des timbres de l’univers afin de leur soumettre ce projet de nouveau timbre.
– L’événement médiatique à permis de multiplier par 3 le nombre des visiteurs… est-ce vrai ?
– Oui, et comme à chaque visiteur je touche 1 centron de T kuren-ssy, j’ai pu me faire cette année un très volumineux pactole. Pour parler crûment, j’ai de la devise à plus savoir qu’en foutre… il m’arrive même de donner des poursenjeter-un aux 2 moizelles qui me brossent le dos quand je prends un bain, ou bien au porte-bagage à qui je fais porter un peu tout et n’importe quoi pour déconner et lui bousiller le dos, je songe même, c’est vous dire, à placer une partie de ma fortune dans un organisme capitatif sous forme de prêt au taux de 28 pourcent, qu’en pensez-vous ?
– Ha ha ha ha ha… Merci monsieur Vomur, mesdames et messieurs et transgenres et non genres c’était Fame Vomur interviewé par votre très dévoué Fudpo ici à la Tour Philate de la planète Pornia pour, je vous le rappelle, la convention philatélique des intergalaxies et l’inauguration du timbre en l’honneur de l’atterrissage réussi du Brau Koli…

Clap clap clpa clap clpa clpa clpa

– je me tourne à présent vers celui par qui tout est arrivé. Le très doué pilote du vaisseau de transport Brau Koli, Monsieur Maya Kovski !

Clap clap clpa clap clpa clpa clpa

– Monsieur Kovski, qu’est-ce que ça fait de se voir sur un timbre ?
– Hmmmm… Pour moi ce qui compte c’est d’avoir mené à bien ma mission qui était de poser cet engin intact… C’est toute la satisfaction que je puis tirer à ce moment.
– Vous êtes aussi modeste que je suis méconnu en Zélabie,  pilote Kovski.. Mais dites moi, J’ai cru comprendre que la majeure partie des passagers était maintenue en quarantaine sur le lieu même de l’atterrissage.
– Oui, il est impératif que nous trouvions l’auteur du hackage, aussi chaque passager fait l’objet d’un scan de son potentiel cérébral, cette opération, longue, est supervisée par Fodzep, le porte parole de la TMM.
– Oui, Fodzep…Bon… Et l’enquête avance-t-elle ?
Nous avons isolé un individu que nous croyons être très directement relié à l’incident, mais à ce stade je ne peux pas vous en dire plus.
– Merci Monsieur Kovski. Je me tourne à présent vers la personne mise en cause dans la brèche de sécurité du vaisseau, la très controversée Siren B40… Sirenissime, avez-vous un commentaire à faire quant à la responsabilité que certains aimeraient vous faire endosser…. euh… Je …. je viens de recevoir un choc neuronal…. c’est sans doute … oui, d’accord…. Hé bien nous en resterons là… Je rends l’antenne… A vous la THK.

 

©Davido

A suivre

Hauts faits et anecdotes dans la lignée des Dbeurg (ddo/mc)

résumé:
Oncle Akra répond à un commentaire De Jean-Christophe Inembourg

Une leçon de généalogie sur 70 millions d’années :
« Hauts faits et anecdotes dans la lignée des Dbeurg »

(note: la ligne de temps ci-dessous n’est pas à l’échelle)

1

1. Époque du Crétacé Antédiluvien Agnostique :
Un lézard D-b—r-g
se met à avoir quelques poils sur le dos, il est la risée de ses congénères qui le bannissent du clan et le chassent dans un désert où il se retrouve obligé de se nourrir de fourmis.

…..

 

2. 70 000 000 ans plus tard, au Pléistocène ultérieur :
Naissance de Dbeurg, celui que nous connaissons dans la saga de DustnenFeul. Il se fait remarquer par son goût pour l’anticipation et par les évolutions techniques comme le biface ou le bâton taillé.

3. Disparition inexpliquée de Dbeurg

 

…..

 

4. 647 ans plus tard, Pléistocène post ultérieur :
Rencontre de Dbeurgd (arrière arrière arrière (etc… ) petit fils de Dbeurg), avec une charmante Homo Sapiens, du nom de Ludmila Persil-Valhalla.

5. Dbeurgd tue un ours à main nue ce qui impressionne grandement Ludmilla. Des détracteurs Sapiens affirment que l’ours était déjà mort.

6. Dbeurgd a 18 enfants avec Ludmilla dont 7 parviennent à dépasser 15 ans d’âge sans se faire manger par les ours. C’est rare mais cela augmente surtout son potentiel de descendance.

7. Dbeurgd meurt à 57 ans de la perte d’un pied bouffé par un ours.

 

…..

 

 

8. Bien plus tard, époque holocène (moyen âge) :
Humfrey Deburg (ancêtre de Davido) se révolte contre le seigneur local. Il lui jette un bout de bois pointu et une pierre qui involontairement perce le globe oculaire du noble.  Humfrey est tué sur le champ (au sens littéral car il était agriculteur).

 

…..

 

 

9. Anthropocène récent (début du 20ème siècle) :
L’arrière grand père de Davido, Anatole Debrun, parvient à fuir la guerre des tranchées en se déguisant en vieille dame. Un peu honteux il taira ce fait mais sera reconnu 20 ans plus tard sur une photo lors de la rétrospective du photographe Wilfrid Screw sur la guerre de 14/18. Suite au scandale de la photo, il est obligé de céder le brevet de l’invention pour laquelle il a consacrée toute sa vie: « le garde boue pour vélo». Il meurt miséreux.

 

…..

 

10. 1973 :
Naissance de Davido

11. 1987:
L’oncle de Davido gravit le pic de l’étendard en solitaire avec son chien. Cela a déjà été réalisé 187 ans auparavant et n’est nullement mentionné dans les annales de l’alpinisme. Davido, vivement marqué par le récit de son oncle, se met à faire de la montagne. Par 2 fois il gravit un 4000 mètres, une fois le Grand Paradis, et une deuxième fois le Grand Paradis. A chaque fois il emporte avec lui du persil mais ne sait pas vraiment pour quelle raison.

12. années 90 :
Davido dessine régulièrement mais ne dépasse jamais le stade de petits croquis dans les marges, il est mis à la porte de l’école des Beaux arts de Guerre-noble en Misère, célèbre à cette époque pour son approche résolument contemporaine, positivement post moderne et intrinsèquement méta innovante en progressisme actuel.

13. Début du 2ème millénaire :Anthropocène globalisé
Un cousin de Davido mixe de la Dub en Belgique. Il se fait appeler Dj Dub Eurg. Quand on lui demande pourquoi il a choisi un nom pareil, il répond que ce nom lui est venu lors d’un trip sous acide.

14. Davido voyage un peu et fait des petits boulots dans différents pays. Dans l’un d’eux on lui octroie le prénom de Dabido, qu’il écrira Davido pour être plus proche de l’original.

15. Devant le navrant manque de réussite de ses projets artistiques, Davido est sélectionné pour un long séjour sur Draver Sédu.

16. Maintenant:
A partir d’ici c’est le présent, aujourd’hui donc, rien de ce qui suit n’est encore arrivé.

 

 

 

 

2-2 3 4 5-2 6 7 8-2 9-2 10-2

Grand-Mékoul

Grand Mékoul, le 25 avril 1987, arrivant au sommet du Pic de l’Étendard. Il est accompagné d’une forme de vie canine prénommée « Nardus »

©Davido

A suivre

Oncle Akra dans l’étang (fky+ddo/mc)

La chronique temporaire, temporelle et sempiternelle d’Oncle Akra :

Un commentaire avisé d’un aimable confrère m’incite à développer ici et maintenant la notion de transmission dans le temps.

Notez bien avant tout que je situe ce travail de documentation et d’information dans le champ de la culture earthienne francophone, et que le terme « temps » inclut et regroupe de nombreuses notions qui peuvent se trouver dissociées dans certaines langues étrangères, comme « time » et « weather » pour les anglophones, ou « glifmunit », « hn’pozèybènzà » et « lunnirtiou » en nostrillard. Je souhaite bon courage à mes traducteurs, mais me cantonne personnellement à la langue des premiers encyclopédistes, même si je dois parfois effectuer moi-même une première transcription lorsque des pensées me viennent naturellement dans ma langue. Je préfère néanmoins cette solution, les Nostrills étant décidément trop rares dans notre lectorat, et dans la population lectrice en général.

[L]e temps est donc une notion mesurable, variable (autrement dit franchement pourri), prédictible souvent et toujours infinie, et parfois tout ça en même temps. Eh oui, un temps peut être un instant précis et une durée, et alors des plus brèves aux ères géologiques les plus interminables, un état climatique précis ainsi qu’un ensemble plus global caractérisé par un élément commun (une pluviométrie, une saison, une émotion induite, des conditions opportunes ou inopportunes à la pratique de telle ou telle activité,  …).

On dit qu’il faut le prendre et pourtant il nous échappe toujours. On peut prétendre qu’on en a, ou pas, alors que c’est bien toujours lui qui nous a en fin de compte. À vouloir l’étudier, l’enfermer dans un cadre épistémologique, on perçoit rapidement qu’il est également fuyant, instable et pourtant implacable, unique et entier d’une part, mais multiple, innombrable et insaisissable aussi aussitôt.

Maintenant qu’il est parfaitement établi que nous pataugeons en permanence parmi les paradoxes, précisons quelques points relatifs à l’établissement d’une mesure particulière :

Pour prendre l’exemple suggéré d’un nombre de générations entre deux créatures d’une même lignée, qualifié d' »astronomique » dans votre pertinente remarque, il conviendrait avant tout de déterminer ce qu’est un chiffre astronomique : est-ce qu’un seul siècle-lumière séparant deux étoiles est un chiffre plus astronomique que 100 000 cellules composant mon intestin ou mon système nerveux central ? On le remarque aisément, le choix de l’unité sera déterminant dans l’apparente grandeur d’une valeur exprimée, mais je ne voudrais pas paraître tergiverser, aussi revenons-en à ce qui vous occupe : le nombre de générations séparant Davido de son ancêtre Dbeurg. Je me contenterai de citer dans un premier temps la correspondance interne des membres de la rédaction :

Sous la plume de Davido, on trouve en date du 11 mars :

mon calcul à moi de générations c’est 2205, toi tu trouves quoi ?

Auquel Frankygnol réagit le jour-même en ces termes :

… tu disposes certainement d’archives familiales qui te permettent une approximation plus précise que ce que je peux espérer obtenir au piloscope.
Ne connaissant ni la moyenne d’âge auquel ta famille se décide à faire des enfants, ni surtout la période où vécut Dbeurg durant l’ère d’existence des néandertaliens (entre -25 000 et -280 000 ans … ça laisse de la marge …). Quoi qu’il en soit, une valeur à la louche entre 1 000 et 175 000 générations peut passer pour crédible, preuves à apporter par ailleurs de la plus ou moins grande précocité reproductrice dans ta famille et de l’archaïsme variable de Dbeurg dans l’histoire de néandertal.

Valeur corrigée des variations saisonnières, je synthétise et vous fais grâce du paragraphe suivant faisant un éloge de ma pertinence et de mon acuité intellectuelle, que par modestie je ne saurais laisser persister ici.

[O]n dispose donc d’une fourchette de départ, et je peux vous accorder que ce chiffre est astronomique vu que 1 000 est le diamètre approximatif du satellite « Saturne III Thétys » en km, 175 000 un diamètre standard pour une galaxie spirale moyenne mesuré en a.l., et 2205 se trouve être le chiffre attribué à l’astéroïde Glinka, précisément découvert en 1973. Ce n’est pas un hasard, et vous voyez que si l’on souhaite qualifier quelque valeur que ce soit d’astronomique, c’est toujours possible. Tact et discrétion, je m’abstiens de développer jusqu’au bout cette idée qui pourrait me porter à évoquer l’âge de Davido, qu’on soit rond ou pas, la quadrature ce n’est jamais facile.

Alors pour ne pas tergiverser sur les chiffres ni couper les mots en quatre, penchons-nous plutôt sur la notion de transmission elle-même, et c’est dans des instants comme celui-là que je perçois encore plus cruellement l’absence de ce sacripant de Philopin, qui n’aurait pas manqué de se courber exagérément en avant sur mon dos lors d’une telle assertion  … enfin, la question est donc posée : que peut-il rester de Dbeurg en Davido ?

[D]’abord la transmission directe : ne me demandez pas comment ni pourquoi, mais il se trouve que Davido fréquente assidûment Dbeurg, notamment dans nos pages, et la possibilité d’une acculturation (aux deux sens du terme, hihi, vous apprécierez cher Jean-Christophe ce délicat jeu de mots à l’usage exclusif des universitaires patentés) est donc attestée. Ça ne porte que sur de l’acquis, mais ce versant au moins paraît assuré. Et même sans contact direct, on sait qu’il peut exister également une transmission trans-générationnelle de caractères acquis, alors pourquoi pas trans-espècionnelle (si quelqu’un a un néologisme alternatif intéressant à me proposer ici, les propositions sont ouvertes par voie de commentaire). Et ne venez pas me demander à quoi ressemblera la résilience à cette échelle, contentons-nous d’observer l’évolution clinique du cas Davido.

[L]’innée sera constitué de tout les constituants précisément (et passez-moi ici la répétition) de la créature ci-dessus dénommée Davido, et détectable sur le spectre visible sous une apparence comparable à celle reproduite ci-dessous :

Davido, ici sur Draver Sédu (photo de Dbeurg)

Davido, ici sur Draver Sédu (photo de Dbeurg)

À noter que les composants culturellement dénommés « bob », « lunettes », « tee shirt », « pantalon » et « souliers » qu’on peut apercevoir ici sont des organes indépendants, amovibles, certainement symbiotiques et non concernés par la présente étude.

[L]a manie qui consiste à observer toute cellule en lui décortiquant le code ADN ne peut malheureusement pas s’appliquer à une présente étude sur le sujet, l’entité qui l’anime n’ayant toujours pas cru bon de se faire coincer par la police. Personnellement, j’estime que ce n’est pas une grande perte, car trop souvent cet acharnement rationaliste empêche d’avoir accès à une perception d’ensemble correcte, et de prendre une réelle mesure des éléments en présence. Que peuvent bien représenter des transmissions de gènes si l’on songe qu’elles sont les informations contenues dans deux minuscules cellules haploïdes et susceptibles d’erreurs de copie quand il paraît établi que les néandertaliens avaient une pratique de transmission par ingestion bien au point. Imaginez ce qu’ils ont pu accumuler comme informations d’une génération à l’autre en ayant à leur disposition le volume entier de leurs corps musculeux, et une activité culturelle pour l’appliquer telle. Je ne veut pas paraître ascète (ni même à huit, ah, Philopin …) mais il y a quand même plus de matière dans la bouffe que dans le sexe. Ne doutez pas qu’un bon nombre des protéines qui sculptent aujourd’hui la silhouette de Davido se souviennent de ces banquets gargantuesques. Il est possible d’ailleurs que ces souvenirs familiaux des deux D. aient joué un rôle important dans l’établissement du vocable gargantuesque lui-même. Rien ne prouve en tout état de cause que ce ne soit pas le cas.

Et que dire de la transmission posturale qui semble évidente sur ce cliché !

dbeurg-draver-sedu-cadre

Dbeurg sur Draver Sédu
(photo d’un correspondant anonyme)

Vous observerez que Dbeurg se passe très bien des prothèses superficielles
mises en évidence précédemment en compagnie de Davido.

[P]our conclure, et permettre de lier ces différents éléments même à l’esprit le plus cartésien ou au lecteur le plus dissipé (enfin non, pas lui, il a déjà décroché ; mais peut-être au moins au suivant, toi qui tente de raccrocher les wagons là où l’on peut s’attendre à trouver une conclusion synthétique), je rappellerai simplement ici les nombreux exemples de survivances archaïques observées au-delà de l’espèce ou du genre : la pentavision chez les verneuls, les cuisses batraciennes des greboufs, le cerveau reptilien et les réflexes qui vont avec chez les mammifères, … je ne voudrais pas lasser les plus épisodiques de nos lecteurs, aussi je donnerai juste une piste bibliographique succincte pour les plus assidus :

OCAOUTEP A., KOMPRE I. Sahara Tête Mieux,  Enc. & Term. 7 & DUF, l’an 1.

 

Votre dévoué désormais décrété conseiller scientifique consultant auprès des Journées Imaginaires,

signature d'Akra

 © Frankygnol

A suivre

Draver Sédu (ddo/mc)

résumé:
Dans le dernier épisodele Space Folder Killer  fait un saut sur Degling-Moilatet
Quelques chroniques auparavant, ce même Space Folder Killer avait menacé les auteurs de cette saga
Des Poupoulous croms, sortes de champignons bipédiques prennent au sérieux cette publication car c’est la seule où ils sont jamais apparus
une lectrice voulut en savoir plus sur le Space Folder Killer


[D]raver Sédu
,  planète recouverte d’eaux sombres et peu profondes, aux nombreux récifs, n’est pas très prisée des amateurs de surf (le plus important lobby en matière d’attribution de points dans la classification des planètes).

Draver Sédu et son ciel sans étoile

Draver Sédu et son ciel obscurci par la Nébuleuse toute proche

Son atout économique, c’est son positionnement, 1/22/5,47 sur l’échelle T.M.M, pile poil entre le conglomérat planétaire de Planplan-Rhoutine et la Nébuleuse de Savon.
Son problème, c’est son manque d’attractivité. A part des reptiloïdes aquaphiles voulant faire des affaires, personne ne veut y habiter, encore moins les surfers.

Dès lors, par un heureux hasard et une nécessité croissante, un modeste C.P.I. (Centre de Placement d’ Improductifs) la Fondation Allah-Sueurdeton-Fron , proposa d’y placer les artistes les plus mauvais de l’univers, afin qu’ils y vendent des produits de consommation courante.
Pourquoi les artistes et pas les autres?  Nous ne le savons pas et personne de la fondation n’a voulu nous répondre mais certains pensent qu’il s’agit d’une volonté délibérée directement issue du vécu personnel du fondateur, et non d’un choix simplement arbitraire,

L’erreur stratégique d’Allah-Sueurdeton-Fron, c’est d’avoir rendu publique leur proposition avant même qu’elle ne soit votée par le conseil des intergalaxies. La majeure partie de ces mauvais artistes eurent le temps de prendre le maquis, de se refaire le visage (pour ceux qui l’utilisent comme mode de reconnaissance), ou de s’inscrire dans un programme de suicide assisté.

Au final, elle n’eut qu’une poignée d’individus parmi les moins vifs et les moins informés, dont votre Auguste Narrateur (même s’il ne s’appelle pas Auguste mais Davido).

Devant ce piètre résultat, Allah-Sueurdeton-Fron fut forcée de déposer le  bilan, et n’eut pas assez de devises pour rapatrier ses employés-reclusionnaires de Draver Sédu. La dizaine de mauvais artistes qui y resta continua d’y vendre des produits de consommation courante.

La frustration immense qu’il (que « je », mais j’aime bien dire « il » car ça ajoute un certain effet narratif propre à insuffler un côté épique à mon récit, et puis j’aime lâcher un peu la bride à mon penchant schizophrène)… La frustration immense qu’il ressentit alors créa, comme c’est souvent le cas, une scission dans le continuum espace temps.

Dbeurg, son ancêtre de Néandertal, grand amateur de science fiction, eut alors la regrettable curiosité de s’y glisser et se retrouva piégé avec lui.

C’est ainsi qu’il se trouve là, sur ces rochers austères, au milieu des embruns, en compagnie d’un aïeul atrabilaire, dans cette entreprise mercantile absurde de vente de produit formicide qui l’éloigne périlleusement de son œuvre majeure, culturellement révolutionnaire mais toujours vastement incomprise : La Saga Intergalactique de DustnenFeul.

1 2 3-2 4-1 5 6 7 8-2 9 10-2 11-2 12 13
Pendant ce temps, sur la même planète, dans une modeste boutique…14-2

A suivre

©Davido

Philopin D. Zopilans par Fois (ddo/mc)

Le résumé sur 6 planètes :
Sur Pornia, ouf le Brau Koli s’est  posé correctement.
Sur Pétune, on est sans nouvelles de Samulfu, Fossathan, Zempack, Ko7, Humhfd et 2 poupoulous croms.
Sur Mepte Mupta, Oncle Akra est bloqué dans son camping car et attend Philopin.
Sur Degling Moilatet,on ignore ce que devient Philopin.
Sur Draver-Sédu, Davido et son ancêtre de Neandertal font ce qu’ils peuvent pour maintenir à flot cette saga.
Sur Earth, Frankygnol, dans son pyjama vert de gris, décortiquant quelques pistaches, son chat poétiquement nommé « Sourimor-puissant-devitaliseur-de-Muridés  » sur les genoux, attend des chroniques à corriger.

 

 

[S]ur Degling Moilatet, les nombreux concerts électro souterrains font la joie des créatures venues d’un peu partout dans l’Univers. Superdope Joe, l’un des agents-fonctionnaires-dealers de la planète, s’assure que, selon ses propres termes : « ça s’ passe Nickel-Césium pour tous les Teufeurs, zé les Teufeuses, zé les Teufistes ! ».

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10-2 11 12 13 14 15 16 17-2 18A suivre.

©Davido

 

Oncle Akra : Mais sage, ine Ze Beau Teul (ddo/mc)

Résumé: Ouf le Brau Koli s’est posé sans dégâts

Noramarh, région montagneuse de Mepte Mupta.

1 2-2 3-2 4-2 56-2 7-2 8 9-2 10-211-2 12 13 14-2

A suivre

 

©Davido